Mobilisons-nous pour le Butor étoilé !!

Butor © Clément Pappalardo - RNN Marais du Vigueirat
Mise en ligne : 
23/03/2020
Le Butor étoilé est sans conteste l’espèce emblématique de nos roselières. À l’échelle nationale, le réseau des réserves contribue au maintien de ce héron qui figure sur la plupart des listes rouges des oiseaux nicheurs (régionales comme nationale).

 
Le mauvais état de conservation de l’espèce avait justifié la mise en place d’un programme LIFE Nature ambitieux qui avait permis d’acquérir d’importantes connaissances sur sa biologie et son écologie de 2001 à 2005.
De 2008 à 2012 un Plan National d’Actions (PNA) a permis de mobiliser un grand nombre d’acteurs pour mettre en œuvre des actions de conservation souvent basées sur des travaux hydrauliques destinés à améliorer les conditions d’accueil du butor durant la période de nidification.
L’objectif affiché de ce PNA en 2008 était de « rétablir dans les 15 ans qui viennent la population dénombrée en 1970, soit 500 mâles chanteurs ».
Fin novembre 2019, Elodie Rémond (RNN de l’estuaire de la Seine) lançait un message d’alerte aux anciens référents régionaux du PNA, et aux personnes impliquées dans le suivi de l’espèce. Nous avons alors été quelques-uns à nous mobiliser pour aller à la pêche aux infos : coups de téléphone et mails aux collègues ont permis assez rapidement de constater que la situation alarmante décrite par Elodie dans le bastion normand était en réalité bien plus étendue. Dans la foulée, Laura Beau (RNN de Chérine) faisait état d’une situation similaire en Brenne, peu après Pascal Provost (excellent connaisseur de l’espèce qui lui a consacré un EPHE) déplorait l’indifférence générale qui semblait entourer ce déclin alarmant.
Début 2020, avec Jacques Trotignon (ancien directeur de la RNN de Chérine), nous avons contacté les gestionnaires d’un certain nombre de sites (réserves ou non) pour leur faire part de la situation et recueillir les chiffres des recensements des deux dernières années, en espérant pouvoir établir un bilan chiffré. Le 9 mars, Jacques transmet la synthèse au réseau informel qui s’est constitué depuis l’automne.
Les résultats ne sont pas bons, l’estimation basée sur des données non exhaustives collectées en 2018-2019 permet d’avancer une fourchette de 142 à 170 mâles chanteurs pour ces deux dernières années sur l’ensemble du territoire national.
Le dernier recensement national exhaustif réalisé en 2008 avait permis de contacter un effectif minimal de 328 mâles chanteurs ! Depuis cette date, bien des choses ont changé, des initiatives locales utilisant de nouvelles technologies (enregistrements, émetteurs GPS) ont vu le jour. L’absence de cadre (et donc de moyens) ne permet pas d’accompagner et de valoriser ces actions, il est urgent que le Ministère mette un nouveau plan d’actions sur les rails. Les réserves jouent un rôle important pour le Butor étoilé, certains gestionnaires confrontés à plusieurs printemps successifs marqués par des sécheresses ne font plus de suivis. En cette année de recensement national des populations de Hérons, il est important que nous mobilisions du temps et de l’énergie pour réaliser des écoutes de manière à pouvoir dresser un état des lieux de la situation sur les réserves et en périphérie. Cette année 2020 semble en outre être favorable à l’espèce avec des précipitations importantes durant l’automne et l’hiver dernier occasionnant des niveaux d’eau propices à l’installation de mâles chanteurs.  
Nous sommes bien conscients que la situation actuelle est compliquée et que le printemps est bien entamé.
Nous vous demandons néanmoins de faire cet effort qui permettra d’avoir un aperçu de la situation et fournira des informations essentielles afin de pouvoir mobiliser le Ministère. Pour la réalisation des écoutes, l’utilisation du protocole développé par Brigitte Poulin est à privilégier de manière à pouvoir établir des comparaisons avec les comptages faits en 2008 et 2012 (https://www.hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Plan-de-restauration-national-Butor-etoile.pdf).
Grégoire Massez (RNN des Marais du Vigueirat) avec l’aide d’Elodie Rémond (RNN de l’estuaire de la Seine), Laura Beau, Albert Millot et Jacques Trotignon (RNN de Chérine).
 

Menu mentions