Chargé(e) de projet « Objectifs de restauration des écosystèmes continentaux »

Mise en ligne : 
21/04/2022
Type d'offre : 
Emploi
Type de contrat : 
CDD
Date limite de dépôt de candidature : 
15/05/2022
Lieu du poste : 
Brunoy (91)
Département : 
Essonne
Région : 
PatriNat (OFB,MNHN,CNRS)
Recruteur : 
Partenaire
Description du poste : 

PatriNat via le MNHN recrute un(e) chargé(e) de projet « Objectifs de restauration des écosystèmes continentaux »
 
PRÉAMBULE
Le service Patrimoine Naturel (PatriNat) est une unité d’appui et de recherche co‐habilitée par le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), l’Office français de la biodiversité (OFB) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). PatriNat a pour objectif de fournir, en lien fort avec les activités de recherche, une expertise scientifique sur la biodiversité et géodiversité de France métropolitaine et ultra‐marine, sur les thématiques terrestres et marines, pour l’environnement passé et actuel. Cette expertise et l’ingénierie associée porte sur la connaissance du patrimoine naturel, dont les systèmes d'informations et à l'application de ces connaissances pour l'appui aux politiques et programmes de conservation de la biodiversité.
CONTEXTE
La stratégie de l'Union Européenne en faveur de la biodiversité à l'Horizon 2030 vise à protéger la nature et à enrayer la dégradation des écosystèmes. Elle s’appuie sur trois leviers :  le renforcement d’un réseau cohérent d’aires protégées, la mise en place d’un plan de restauration de la nature, et une révision de la gouvernance de l’UE en matière de biodiversité. 
La « restauration de la nature » est déjà partiellement exigée des Etats membres par la législation existante de l’UE, mais des lacunes persistent dans la réglementation et sa mise en œuvre. Le cadre juridique de l’UE va ainsi être renforcé pour progresser plus efficacement à travers deux volets d’action. Un premier volet concerne l’arrêt des dégradations de l’état de conservation et des tendances de tous les habitats et espèces d’intérêt communautaire, et l’amélioration de cet état pour au moins 30 % de ces habitats et espèces protégés. Un second volet s’oriente vers un objectif de surface d’écosystèmes à restaurer, avec notamment la cible de 20 % de la surface continentale et marine de l’Union Européenne couverte par des mesures de restauration d’ici 2030. Des engagements en termes de résultats à atteindre devraient également être pris.
Pour atteindre ces cibles, un plan national de restauration devra être rédigé par le Ministère de l’écologie. Il nécessitera de rassembler les connaissances existantes et de développer des outils méthodologiques permettant de disposer d’un diagnostic, et de préciser, spatialiser et programmer les objectifs. Dans le cadre de ses mission d’appui aux politiques publiques de conservation de la biodiversité, et en tant que centre de données sur le patrimoine naturel, PatriNat contribuera à répondre à ces besoins.
 
DESCRIPTION DES MISSIONS
La/le titulaire du poste sera affecté(e) au sein de l’équipe « Espaces & Partenariats » de PatriNat dans la cellule « Espaces protégés et Natura 2000 », avec le co‐encadrement fonctionnel de la chargée de mission « Rapportages Espèces & Catalogue de Protocoles » de l’équipe « Evaluation et Suivi ».
Ses missions consisteront à préciser les besoins en connaissances et méthodes ainsi qu’identifier les sources de données existantes et celles manquantes pour préparer le plan de restauration national pour les écosystèmes continentaux (terrestres et eaux douces) dans le cadre de la stratégie européenne.
Plusieurs sujets sont identifiés, en particulier :
Volet 1 : état de conservation des espèces et habitats d’intérêt communautaire

  • En cohérence avec une étude préliminaire en cours par PatriNat et ses partenaires, réaliser un bilan des leviers d’amélioration de l’état de conservation des espèces et habitats continentaux, pour proposer une liste priorisée des espèces et habitats, associée aux critères et actions préconisées. Cette tâche appuiera le Ministère en charge de l’écologie pour la définition de ses engagements auprès de la Commission Européenne fin 2022.

Volet 2 : restauration des écosystèmes

  • Identifier les acteurs, les données et méthodes existantes par chaque objectif, et évaluer leur adéquation pour la définition et le suivi du plan de restauration ; contribuer à la mise en place d’un groupe de travail,
  • Afin d’être en mesure d’établir un diagnostic initial et de suivre les progrès réalisés, développer des critères de caractérisation des écosystèmes dégradés, ainsi que des seuils d'atteinte de bon état de conservation. Ce travail se fera à partir de la littérature et de le mobilisation des gestionnaires et scientifiques mais devra également tenir compte des définitions et concepts utilisés dans le cadre de la Directive Habitats Faune Flore,
  • Identifier les connaissances, en particulier celles issues du rapportage au titre des directives communautaires, permettant de définir et suivre les objectifs de restauration. Ce travail portera en particulier sur la question de l’établissement d’une surface favorable de référence pour chaque habitat naturel de l’annexe 1 de la Directive Habitats,
  • identifier les données cartographiques existantes répondant aux besoins de connaissances pour la restauration. L’objectif est de disposer à terme d’une cartographie des écosystèmes dégradés et des secteurs potentiels de restauration permettant de spatialiser les objectifs,
  • en lien avec les programmes nationaux et les acteurs engagés sur cette thématique, synthétiser les travaux existants et les données susceptibles de contribuer aux objectifs spécifiques concernant les habitats forestiers, les milieux agricoles, et en particulier les populations d’oiseaux liés aux milieux agricoles, les pollinisateurs, les cours d’eau et la biodiversité urbaine.

Les perspectives de travail à plus long terme incluront également un travail sur les mesures de gestion à mettre en place pour atteindre les objectifs de restauration. Il pourra aussi inclure des propositions sur des évolutions des systèmes d’informations nationaux pour mieux suivre cette politique de restauration des écosystèmes dégradés.
CONDITIONS ADMINISTRATIVES REQUISES
Être titulaire au minimum d’un diplôme de niveau BAC + 5 en écologie et science de la conservation ou en géographie (doctorat, master 2 ou école d'ingénieur).
QUALIFICATIONS REQUISES

  • Une première expérience concernant les enjeux de conservation de la biodiversité
  • Très bonnes connaissances en écologie de la conservation et de la restauration
  • Connaissance des politiques publiques de conservation
  • Pratique du SIG et en analyse de données 
  • Expérience en mobilisation de connaissances scientifiques (bibliographie, réseau d’experts)
  • Autonomie, rigueur scientifique, esprit de synthèse et d’analyse 
  • Dynamisme, capacité à travailler en équipe, capacité d’écoute et d’adaptation.
  • Langue : anglais indispensable

MODALITÉS DE RECRUTEMENT
Type de contrat : Contrat à durée déterminée
Durée : 12 mois (renouvellement possible selon opportunités de financement)
Rémunération : selon expérience, en fonction de la grille en vigueur au Muséum
Date de prise de fonction : à partir de juillet 2022
Lieu : Brunoy (91) (site MNHN du petit château)
 

Coordonnées : 
PROCÉDURE DE RECRUTEMENT Le dossier de candidature est à déposer via la plateforme de recrutement jusqu’au 15 mai 2022 via le lien : https://recrutement.mnhn.fr/offre-emploi-155.html-o=6 Ce dossier comprendra : ‐ un curriculum vitae détaillé et tous les travaux susceptibles d'éclairer le jury ; ‐ une lettre de motivation précisant les travaux réalisés en autonomie ; - le cas échéant une référence à contacter ou une lettre de recommandation.

Menu mentions