Stagiaire H/F : « Programme de suivis à long terme des poissons côtiers au sein de la Réserve Naturelle Nationale des Sept-Iles / 6 mois / RRN Sept-Iles (Pleumeur-Bodou 22560) »

Mise en ligne : 
18/11/2022
Type d'offre : 
Stage
Type de contrat : 
Autres
Stage
Date limite de dépôt de candidature : 
15/12/2022
Lieu du poste : 
Plomeur-Bodou (22560)
Département : 
Côtes-d'Armor
Région : 
LPO FRANCE
Recruteur : 
Partenaire
Résumé : 
Contexte : Descriptif de la réserve des Sept-Iles et projet de stage : Aire marine protégée (AMP) emblématique de la côte nord de Bretagne, la réserve naturelle nationale (RNN) des Sept-Iles accueille 11% des oiseaux marins nicheurs (importante diversité : 11 espèces) et la principale colonie de reproduction de phoque gris, de France métropolitaine. Les îles conservent une grande naturalité et l’écosystème marin qui environne l’archipel des Sept-Iles est d’une grande richesse. La réserve des Sept-Iles se singularise aussi par la mise en place d’un dispositif de suivis à long terme de la faune et de la flore, depuis les années 80. Le troisième plan de gestion 2015-2024 recense plus de 60 opérations scientifiques sur les 93 inscrites, effectuées en lien avec des dizaines de laboratoires et universités de recherche. Un projet d’extension du périmètre de la RNN des Sept-Iles a mis en évidence l’importance des communautés de poissons, céphalopodes et macro-crustacés. L’inventaire ichtyologique fait état de 160 taxons dont 144 d’actinoptérygiens (quasi-totalité des poissons communs) et 16 de chondrichtyens (requins et raies). Le Trégor enregistre 80% des Actinoptérygiens et 53% des Chondrichtyens de Bretagne, ce qui en fait un territoire exceptionnellement riche. 37 espèces sont inscrites dans la liste des espèces déterminantes de poissons marins de Bretagne (critères patrimoniaux et écologiques). Quelques espèces bentho-démersales se retrouvant au sein des plateaux en mer avec l’alternance des fonds rocheux à forêts de laminaires et substrats sableux, figurent dans le bol alimentaire des oiseaux marins et des phoques gris (tacaud, congre, vieille, lançons). Les poissons pélagiques sont diversifiés et également fréquents dans le régime alimentaire de la mégafaune (sardine, maquereaux, lieu jaune). Au niveau de la faune carcinologique, 158 espèces de crustacés ont été inventoriées sur le seul plateau des Sept-Îles et les plateaux sont particulièrement importants pour le homard ou la langouste. Dans le cadre du projet d’extension de l’aire marine protégée (projet de décret durant le printemps 2023), les forêts de laminaires apparaissent comme un enjeu majeur (2500 hectares sur 19700 hectares du projet). La réserve naturelle collabore avec des chercheurs pour évaluer l’importance de cet habitat pour les communautés de poissons. Initié à partir de 2016 au sein du laboratoire du CRESCO à Dinard, la RNN des Sept-Iles participe activement au programme intitulé POCOROCH pour POissons COtiers des ROChes et Herbiers coordonné par PatriNat (OFB, MNHN, CNRS). Cette unité coordonne les travaux sur les poissons côtiers (R&D et expertise écologique) en appui aux politiques publiques de l’échelle internationale (OSPAR, DCSMM) à l’échelle territoriale (gestion AMP). Problématique : Présenter un bilan détaillé des objectifs propres à la RNN des Sept-Iles et de tout l'effort d'échantillonnage déployé depuis 2016 avec le programme POCOROCH. Puis analyser les données existantes pour essayer de caractériser les patrons spatio-temporels et chercher à identifier les variables environnementales structurantes. En parallèle à l’analyse de ces jeux de données et dans la perspective de l’extension de la RNN des Sept-Iles qui devrait s’étendre en mer, nous proposons de dresser un état des lieux des besoins de suivis notamment pour les poissons, céphalopodes et macro-crustacés d’intérêts patrimoniaux. Grâce aux analyses des données, on va chercher à proposer une stratégie de suivis optimum en utilisant les méthodes POCOROCH (nombre et positions des sites, des réplicats, etc). Et ensuite, grâce à une analyse critique de la biblio, on va proposer des méthodes complémentaires (ADNe, échosondage) pour d'autres métriques et ou d'autres milieux/espèces. Ce travail nécessitera de réaliser une analyse cartographique des habitats, des activités et usages, etc, pour spatialiser au mieux les propositions, et donner des idées de coûts. Espèces visées : peuplements de poissons, céphalopodes et macro-crustacés d’intérêts – homard, langouste - (PCMC) associés aux grands types d’habitat côtiers, pélagiques et benthiques sur fonds meubles comme sur fonds rocheux et habitats biogéniques (herbier, maërl). Quelques espèces remarquables : valeur halieutique (bar, thons rouge, homard, langouste), patrimoniale (requin taupe), bioindicatrice des changements climatiques (blennie pilicorne, serran chevrette)...
Description du poste : 

Objectifs du stage :
Ce travail sera donc décomposé en 2 axes :
(1) un cas d’étude pour les poissons de roche, où le programme sera optimisé et opérationnalisé grâce à une analyse quantitative des données de comptages visuels en plongées collectées depuis 2016
(2) une analyse qualitative globale visant à proposer les grands principes du programme de suivis pour l’ensemble des poissons côtiers à l’échelle de la RNN des Sept-Iles étendue.
Le/ la stagiaire aura pour missions :
Axe 1 : cas d’étude pour les poissons de roche (programme POCOROCH)

  • Caractériser les variations spatiales (entre profondeur au sein de chaque sites, entre sites) et temporelles (entre saisons et entre années) dans la structure des peuplements de poissons.
  • Identifier d’éventuelles tendances et chercher à les interpréter écologiquement
  • Diagnostiquer si la stratégie spatio-temporelle du suivis actuel est cohérente au regard des besoins définis dans l’axe 1.
  • Proposer des modifications/compléments en vue de mieux couvrir ces besoins qui augmenteraient en lien avec l’extension du périmètre (notamment sélectionner des sites supplémentaires, prise en compte d’un gradient de pression ?).
  • Chiffrer les coûts humains et financiers de mise en œuvre en routine, en faisant différents scénarios de minimum à optimum (en faisant varier le nombre de sites et/ou de saisons).
  • Définir, voir initier, les étapes d’opérationnalisation du cycle de la données : saisie des données terrain, bancarisation, analyse et rapportage en routine.

 
Axe 2 : analyse qualitative globale visant à proposer les grands principes du programme de suivis pour l’ensemble des poissons côtiers

  • Réaliser un état de l’art des connaissances sur les peuplements de poissons, céphalopodes et macro-crustacés d’intérêts (PCMC), dans le projet de périmètre marin de la RNN Sept-Iles.
    • Recenser les espèces dont la présence est avérée et constituer une liste d’espèces potentiellement présente, au regard des habitats et autre variables environnementales de la zone.
    • Caractériser ces peuplements à partir de bases de connaissances sur les traits des espèces (e.g. Fishbase, TaxRef, programme Laminet, Programme FishIntel, état de l’art des connaissances dans le cadre du projet d’extension de la réserve des Sept-Iles)
    • Recenser les activités socio-économiques dépendantes de ce patrimoine naturel
    • Recenser les pressions anthropiques pouvant affecter ces espèces et/ou les fonctionnalités ichtyologiques de leurs habitats.

 

  • Formaliser et prioriser les besoins de suivis PCMC
    • Croiser toutes les connaissances recensées et dégager les principaux enjeux de gestion PCMC au sein du périmètre : conservation d’espèces patrimoniales, gestion écosystémique des pêches, soutiens aux activités socio-économiques,…
    • Spatialiser ces enjeux au sein du futur périmètre de la RNN Sept-Iles et dans le contexte Natura 2000 en mer (périmètre de 70 000 hectares).
    • Identifier également les lacunes de connaissances
    • Détailler les besoins de collecte de données en routine qui en découlent :
      • Quels peuplements/espèces doivent être surveillés/évalués : poissons pélagiques, poissons benthiques substrats durs, poissons benthiques substrats meubles, focus espèces électro-sensibles,…
      • Quels métriques/indicateurs d’état écologiques des peuplements (e.g. diversité, abondances, biomasses) de poissons doivent être quantifiés
      • Dans quelles zones en particuliers (e.g. soumises à forte pressions, bénéficiant de restrictions d’usages)
      • A quelles saisons en particuliers (e.g. en lien avec intensités des pressions et/ou phénologie des espèces)

 

  • Identifier les méthodes d’échantillonnages répondant au mieux à ces besoins
    • Pour chaque besoin de suivis, identifier la ou les méthodes d’échantillonnage les plus adaptées.
      • Recenser les différentes approches et méthodes existantes pour le suivis de l’état écologique des peuplements de poissons, en considérant les méthodes couramment utilisées dans le contexte des études réglementaires, les méthodes conventionnelles utilisées dans d’autres cadres de suivis long terme (e.g. suivis halieutiques, suivis DCSMM), les méthodes plus récentes reposant sur des technologies innovantes (e.g. ADN environnementales, reconnaissance automatiques d’espèces sur images, rov, caméra fixe…), les méthodes d’enquêtes auprès d’usagers (notamment enquêtes pêcheurs professionnels et récréatifs) et les méthodes de sciences participatives. (e.g. pêches expérimentales).
      • Diagnostiquer les avantages et inconvénients propres à chacune des méthodes de suivis existantes vis-à-vis du cahier des charges précédemment définis, grâce à

 
une analyse qualitative éclairées par la littérature scientifique. Considérer notamment les coûts humains, matériels et financiers.

  • Identifier une sélection parcimonieuse de méthodes de suivis qui seraient complémentaires et offrirait un bon ratio coût/bénéfice, pour couvrir l’ensemble des besoins de suivis.

 
Niveau et Compétences :
Master 2 en Sciences naturelles, mathématique ou Ecole d’Ingénieur
 
Compétences :
 

  • Intérêt pour la recherche scientifique (expérience dans le domaine des biostatistiques, modélisation)
  • Intérêt pour le milieu sous-marin et la plongée
  • Intérêt pour le travail en équipe
  • Capacité d’écoute et de synthèse
  • Intérêt pour les aires marines protégées et les réserves naturelles
  • Rigueur et autonomie
  • À compétences égales, priorité aux stagiaires handicapés et autres bénéficiaires de l’obligation d’emploi de l’article L.5212-2 du code du travail

 
Durée du stage :
6 mois printemps/été 2023 incluant si possible la période juin-septembre dans la perspective de participer aux missions de plongée (programme POCOROCH). - Convention de stage obligatoire
 
Rémunération et conditions du stage :

  • Titres restaurants pris en charge à 50%
  • Avantages CSE dès 4 mois de stage continu
  • Indemnisation : selon la législation en vigueur, soit 15 % du plafond horaire de la sécurité sociale
  • Indemnité Abonnement transport en commun/ lieu de stage à hauteur de 50% et 100% pour Paris

 

Coordonnées : 
Merci d’adresser votre candidature (CV et lettre de motivation) sous la référence 4PP22019, avant le 15.12.2022, uniquement par courrier électronique à l’adresse suivante : Monsieur Pascal Provost, Conservateur, RNN des Sept-Iles par mail : pascal.provost@lpo.fr Compléments d’information : 0610162102

Menu mentions