Bandeau photo

Pâturage ovin - © CR Pays de Loire

Coteaux du Pont-Barré

Vue des coteaux - © CR Pays de Loire
Vue des coteaux - © CR Pays de Loire
Schéma du site - © LPO Anjou
Schéma du site - © LPO Anjou
Criquet à ailes rouges - © P.-M. Aubertel
Criquet à ailes rouges - © P.-M. Aubertel
Campanule agglomérée - © P.-M. Aubertel
Campanule agglomérée - © P.-M. Aubertel
À 25 km au sud d’Angers, la réserve naturelle des coteaux du Pont-Barré surplombe la vallée du Layon et ses vignobles. Le relief particulier, fait de pentes entrecoupées de nombreux petits plateaux et d’escarpements rocheux, et la complexité géologique (mélange de roches acides et basiques) participent au maintien d’une mosaïque d’habitats naturels, auquel contribuent des conditions climatiques tout aussi remarquables. L’exposition très ensoleillée, la très faible pluviométrie alliées à l’orientation de la vallée et son lien avec la Loire expliquent la présence de nombreuses espèces végétales et animales d’affinité méridionale. (lire la suite de l’article)
Sur la zone de contact entre le bassin parisien et le massif armoricain, on trouve sur le site de 8 ha une grande variété d’habitats : pelouses et landes, ourlets forestiers, peuplements pionniers sur affleurements rocheux, friches, fruticées, zones boisées et milieux humides.
Côté flore, 420 espèces de plantes ont été observées à ce jour sur le site. Parmi elles, 50 espèces vulnérables, dont 9 sont protégées au niveau régional ou national comme la gagée de Bohême, la tulipe sauvage ou la rose de France. La réserve naturelle abrite ainsi plus de 8 % des plantes vasculaires rares ou menacées des Pays de la Loire. En dehors des espèces protégées, d’autres présentent un intérêt patrimonial très fort. On citera pour mémoire la présence de l’hélianthème nummulaire, de la laitue pérenne, du lin de France ou encore de la tulipe sylvestre.
L’intérêt entomologique des coteaux est lié à la fois à la richesse botanique (développement de plantes-hôtes des chenilles) et aux conditions climatiques particulières. Le nombre d’espèces rares ou menacées, ainsi que la présence de plusieurs espèces disparues ailleurs dans le département, en font un site exceptionnel. Des espèces d’orthoptères caractéristiques des milieux secs sont présentes sur le site, parmi lesquelles le criquet à ailes rouges. On rencontre également la cigale argentée et la cigale des montagnes ou l’ascalaphe ambré. Pour les papillons, 87 espèces ont été recensées. 46 % d’entre elles sont inscrites sur la liste des espèces déterminantes des Pays de la Loire, dont l’azuré bleu céleste.
Code : 
RNR58
Département : 
Maine-et-Loire
Communes : 
Beaulieu-sur-Layon
Conservateur : 
Erwan Guillou
Code INPN : 
FR9300122
Code WDPA: 
555513705

Menu mentions