Bandeau photo

Vue du site - © AAIP

Île de la Platière

Forêt alluviale - © AAIP
Forêt alluviale
Lônes du vieux Rhône - © B. Pont
Lônes du vieux Rhône - © B. Pont
Sur les bords du Rhône - © AAIP
Sur les bords du Rhône - © AAIP
Roselière - © AAIP
Roselière - © AAIP
Le Rhône - © AAIP
Plan d'eau - © AAIP
A mi-chemin entre Lyon et Valence, la réserve naturelle de l’ile de la Platière préserve 484 hectares de l’un des derniers grands ensembles naturels de la moyenne vallée du Rhône. Ce fleuve impétueux, a longtemps divagué dans une large plaine alluviale. Au 19e siècle, le lit mineur fut totalement fixé par des digues submersibles. La stabilisation des îles a alors permis l’utilisation forestière et pastorale de ces espaces très influencés par le fleuve. Dans les années 70, la mise en gabarit européen du fleuve transforma à nouveau le milieu en créant, parallèlement au fleuve, un canal de dérivation, débutant par une vaste retenue d’eau. (lire la suite de l’article)
L’eau joue ici un rôle primordial : une mosaïque de milieux naturels s’organise sous l’influence des crues et de la nappe phréatique. Ainsi rencontre-t-on des milieux aquatiques (Rhône, lônes, mares), des milieux humides (forêts alluviales) et des milieux secs (bancs de graviers, prairies sèches). La vie est rythmée par les humeurs du fleuve : les crues fertilisent le sol, rechargent la nappe phréatique et modèlent les berges. Le Vieux Rhône est le chef d’orchestre de cette organisation naturelle. Les lônes et mares vestiges d’anciens cours du fleuve et « réservoir de vie », offrent des espaces calmes où de nombreuses espèces trouvent nourriture et sites de reproduction.
La forêt alluviale s’organise en fonction des gradients d’humidité et d’ancienneté des boisements. Les saules occupent les parties basses, proches de la nappe phréatique et inondées annuellement, alors que les peupliers et les frênes dominent sur les terrains plus hauts, moins humides. Une partie de ces boisements (40 ha) n’a jamais été exploitée : c’est la "forêt vierge" ! La culture des peupliers hybrides constitue le reste des boisements.
A la belle saison, les prairies maigres se couvrent de fleurs attirant des myriades d’insectes : papillons, libellules, mantes religieuses, criquets, etc. Le petit gravelot et le criquet à ailes bleues vivent sur les bancs de graviers, qui rappellent encore l’ancien fleuve sauvage d’avant les aménagements.
Les rameaux écorcés et les arbres qu’il taille en crayon au bord de l’eau signalent la présence du castor tout autour de l’île. Située sur un axe de migration important, la réserve naturelle accueille de nombreux oiseaux de passage (passereaux, balbuzard, petits échassiers…). C’est un site d’hivernage de choix pour quelques milliers d’oiseaux d’eau et de nidification pour des espèces comme le milan noir, le martin pêcheur, les hérons cendré ou encore l’aigrette garzette.
Les milieux aquatiques abritent des espèces sensibles à la qualité de l’eau, certaines étant également caractéristiques des eaux courantes. La lamproie de Planer et la bouvière pour les poissons, le gomphe vulgaire et le gomphe à pinces pour les libellules, témoignent d’un fonctionnement encore assez naturel du cours d’eau. Les papillons sont également bien représentés, avec le petit mars changeant et l’azuré de la coronille pour les plus remarquables.
A l’image des milieux, la flore est très diversifiée : environ 800 espèces de végétaux supérieurs dont 70 espèces d’arbres, arbustes et lianes. Les espèces les plus rares sont la vigne sauvage, le carex melanostachya, la violette élevée, la petite naïade et l’orchidée du castor. Cette dernière ne se rencontre que sur quelques sites de la vallée du Rhône, la Platière étant l’un des plus importants.
Code : 
RNN79
Département : 
Ardèche
Isère
Loire
Communes : 
Limony
Péage-de-Roussillon
Sablons
Saint-Pierre-de-Boeuf
Salaise-sur-Sanne
Serrières
Conservateur : 
Bernard PONT
Code INPN : 
FR3600079
Code WDPA: 
39793

Menu mentions