Bandeau photo

Pâturage par des moutons solognots - © CDPNE

Vallées de la Grand-Pierre et de Vitain

Forêt fraîche sur terrasse limoneuse - © CDPNE
Forêt fraîche sur terrasse limoneuse
Jeune râle d'eau - © P.-M. Aubertel
Jeune râle d'eau - © P.-M. Aubertel
Fluoré - © CDPNE
Fluoré
Espace pédagogique et ludique, la Maison de la Nature - Maison de la Réserve à Marolles, aménagée grâce au soutien d'Agglopolys et gérée par le CDPNE (Comité Départemental de la protection de la Nature et de l'Environnement de Loir-et-Cher), propose une muséographie interactive sur le patrimoine de la réserve naturelle.
Ouverte pendant les vacances scolaires (sauf l'hiver), elle propose également aux plus jeunes une ludothèque et un laboratoire pédagogique pour découvrir la nature de manière amusante. Des ateliers thématiques pour enfants y seront organisés les vendredis après-midi pendant les vacances de Pâques et d'été.
Ouverture : pendant les vacances scolaires (sauf l'hiver et jours fériés) de 10h ́à 12h et de 14h à 18h, possibilité d'accueil de groupes toute l'année sur demande au CDPNE.
Tarifs : 2 € / adulte, 1 € / enfant de plus de 12 ans, gratuit / enfant de moins de 12 ans
La réserve naturelle des vallées de la Grand-Pierre et de Vitain se situe à une dizaine de kilomètres au nord de Blois. C’est un territoire de 275 hectares en petite Beauce, à la confluence de deux vallées : la vallée sèche de la Grand-Pierre et la vallée de la Cisse, petite rivière de plaine. Le socle de la réserve est le calcaire dur et fissuré recouvert de limons éoliens d’épaisseur variable. (lire la suite de l’article)
La vallée de la Cisse forme un corridor au cœur de la Beauce qui contribue à maintenir une connectivité entre les grands ensembles naturels de l’amont (marais et forêts) et ceux du Val de Loire. C’est également un refuge semi-naturel en zone de grande culture avec une grande diversité d’espèces animales et végétales. L’intérêt de la réserve naturelle réside principalement dans la mosaïque des milieux qui la compose. Par ailleurs, les habitats d’intérêt européen, qui représentent environ 40 % de sa surface, suivent un gradient d’humidité allant des milieux aquatiques dans les vallées aux pelouses sèches sur le plateau.
Enfin, les inventaires ont permis de recenser environ 2900 espèces de faune et de flore dont 6 à 7 % sont patrimoniales. Certaines espèces, les plus rares, ont des affinités Ouest-Méridionale. Elles sont, pour la plupart, proches de la limite de leur aire de répartition, ou bien ont peu d’individus vivant dans des milieux peu répandus. D’autres, moins nombreuses, sont d’origine montagnarde.
Les pelouses calcaires caractérisées par les graminées (brôme érigé et brachypode penné) surprennent par la diversité de leur flore et l’abondance des insectes qui y vivent. Vous y observerez divers sedum, lins et hélianthèmes, des orchidées et la très belle anémone pulsatille. Les innombrables papillons croiseront votre chemin et vos oreilles vibreront aux stridulations des criquets et autres sauterelles. Les boisements — dont la composition varie avec la topographie — sont riches en champignons de toutes sortes, en araignées dont certaines très rares. Les mousses et les lichens bien que peux visibles sont incontestablement une des principales richesses des forêts à bois mort. La rivière et les marais à la végétation commune abritent des insectes devenus rares en Beauce. Les libellules, dont l’agrion de Mercure, sont nombreuses. Les oiseaux recolonisent progressivement les roselières (râle d’eau, rousserolle effarvatte, bruant des roseaux, etc.). Les terres agricoles et leur lisière retrouvent après quelques années en jachère une grande diversité d’espèces. On peut citer l’euphraise de Jaubert (plante endémique du centre de la France), la coronelle lisse ou l’oedicnème criard que les Beaucerons nomment Courlis de terre.
Code : 
RNN37
Département : 
Loir-et-Cher
Communes : 
Averdon
Marolles
Conservateur : 
Blandine Cassagne
Code INPN : 
FR3600037
Code WDPA: 
106712

Menu mentions