Bandeau photo

Vue du site

Saint-Mesmin

Castor d'Europe - © Yves Le Jehan
Castor d'Europe - © Yves Le Jehan
Gagée des prés - © Damien Hémeray
Gagée des prés - © Damien Hémeray
Martin-Pêcheur d'Europe - © Jean-Claude Picard
Martin-Pêcheur d'Europe - © Jean-Claude Picard
Pelouse xérophile à sédums - © Damien Hémeray
Pelouse xérophile à sédums - © Damien Hémeray
Peuplier noir - © Damien HEMERAY
Peuplier noir - © Damien HEMERAY
Renoncules en pinceau - © Damien Hémeray
Renoncules en pinceau - © Damien Hémeray

Contact de la réserve :
Tél : 02-38-56-90-63
@ : rn.saintmesmin [at] espaces-naturels.fr

Située 4 km à l’aval d’Orléans, la réserve naturelle de Saint-Mesmin, créée en 2006, protège un tronçon de Loire d’environ 9 km. Elle s'étend sur 263 ha, auxquels s'ajoute un périmètre de protection de 90 ha, et englobe la Pointe de Courpain (boisement alluvial situé au confluent de la Loire et du Loiret) et les îles de Mareau. Elle protège une flore, une faune et des milieux naturels très représentatifs de la Loire moyenne. (lire la suite de l’article)
Le paysage ligérien varie en fonction des fluctuations du niveau d’eau : les îles et îlots peuvent être partiellement, voire totalement, recouverts par les plus hautes eaux annuelles alors que de vastes zones de vase, de sable et de gravier apparaissent à l’étiage. C’est l’amoncellement de dépôts alluvionnaires qui est à l’origine des îles de la Loire. Ces dépôts reposent, dans notre région, sur un substrat calcaire. L’instabilité du régime hydraulique de la Loire, sa puissance érosive et les matériaux qu’elle déplace, puis dépose, permet au milieu naturel de se rajeunir régulièrement, formant une mosaïque d’habitats étroitement imbriqués. On peut passer, en quelques mètres, des milieux les plus humides aux milieux les plus secs, des plus jeunes aux plus mâtures.
La variété des milieux a permis le développement d’une grande diversité d’espèces végétales et animales (environ 3880 espèces connues début 2023). La diversité des champignons est importante avec 437 espèces. La flore est le groupe taxonomique le plus diversifié, avec 873 espèces de plantes vasculaires, 71 bryophytes, 34 lichens et 119 diatomées recensées à ce jour.
Les inventaires ont permis de mettre en évidence la présence de 23 espèces patrimoniales de plantes : la Laîche de Loire, protégée en région Centre-Val de Loire et inféodée aux terrasses alluviales pauvres en éléments nutritifs, l’Orpin de Bologne et la Rorippe des Pyrénées, autres espèces botaniques remarquables des milieux herbacés de la réserve. On peut noter également la Corydale solide et l’Odontite de Jaubert, toutes deux protégées.
Mais l’espèce floristique ayant le plus fort enjeu dans la réserve est sans conteste la Gagée des prés, liée aux pelouses sur sable. Elle est protégée au niveau national et classée « en danger critique d’extinction » sur la liste rouge Centre-Val de Loire. L’Inule des fleuves, vulnérable dans notre région, est la seconde espèce prioritaire, avec la présence de plus d’une centaine de pieds dans la réserve naturelle.
La forêt alluviale, dans ses zones les plus fraîches, est dominée par le Peuplier noir et le Saule blanc. De belles populations d’Ormes lisses, espèce d’intérêt patrimonial, se rencontrent, notamment dans le périmètre de protection.
La faune compte 311 espèces de vertébrés dont 39 poissons (Brochet, Loche de rivière, Lamproie marine, Bouvière, Chabot…), 7 amphibiens (Alyte accoucheur, Triton palmé, Grenouille agile…), 8 reptiles (Couleuvre vipérine, Coronelle lisse…).
Avec 222 espèces, les oiseaux sont un des attraits de la réserve naturelle. Les Grands Cormorans viennent passer l’hiver dans l’Orléanais et forment des dortoirs sur les îles. Située sur un axe de migration important, la réserve est une halte de choix pour les oiseaux migrateurs, plus ou moins réguliers comme les Chevaliers culblanc, aboyeur, gambette, la Bécassine des marais, le Canard chipeau ou le Bécasseau variable... La Loire accueille sur ses îles sableuses et ses berges des nicheurs tels que le Martin-pêcheur d’Europe, le Petit Gravelot, les Sternes naines et Pierregarin et le Chevalier guignette... Le Balbuzard pêcheur vient régulièrement y capturer des poissons pour nourrir ses jeunes qui attendent à quelques kilomètres de là en forêt. La Bouscarle de Cetti, le Bruant des roseaux et la Rousserolle effarvatte s'installent dans les petites roselières ou les buissons en bord de fleuve. En forêt alluviale, le Pigeon colombin, les Pics (noir, mar, épeichette...) apprécient les vieux arbres dépérissants ou morts pour nicher dans une cavité.
Le Castor d’Europe se laisse difficilement observer mais les traces de son activité sont nombreuses : arbres abattus en mine de crayon, branches coupées en biseau, rameaux écorcés... La Loutre, quant à elle, est revenue naturellement dans la réserve en 2013. Des épreintes, crottes de marquage de territoire, sont régulièrement trouvées. Des pièges-photos permettent de surprendre des mammifères nocturnes, particulièrement discrets et donc difficiles à observer. Parmi les plus belles (re)découvertes, la Loutre, le Putois, le Blaireau et surtout le Chat forestier ont été filmés dans la réserve naturelle. Au total, ce sont 37 espèces de mammifères qui ont été recensées, dont 13 espèces de chiroptères (Murin de Bechstein, Murin à oreilles échancrées, Grand Murin, Grand Rhinolophe...).
La connaissance des invertébrés dans la réserve naturelle a beaucoup progressé ces dernières années grâce à plusieurs inventaires menés par des spécialistes. Les Arachnides sont au nombre de 216 espèces et les Mollusques de 74. Les insectes comptent désormais 1598 espèces dont 691 Coléoptères (avec de nombreuses espèces saproxyliques), 267 Lépidoptères (dont 207 Hétérocères), 235 Hyménoptères, 116 Diptères (dont 53 espèces de Syrphes), 107 Hémiptères, 40 Orthoptères, 29 Ephémères…
Parmi les 27 espèces d’Odonates, le Gomphe à pattes jaunes et le Gomphe serpentin sont deux espèces protégées remarquables, rares et menacées en Europe.
La réserve naturelle de Saint-Mesmin est gérée par une association de protection de la nature, Loiret Nature Environnement. Le plan de gestion, désormais décennal, court sur la période 2023-2032.
Code : 
RNN26
Département : 
Loiret
Communes : 
Saint-Pryvé-Saint-Mesmin
Mareau-aux-Prés
La Chapelle-Saint-Mesmin
Chaingy
Saint-Ay
Conservateur : 
Damien Hémeray
Code INPN : 
FR3600026
Code WDPA: 
106709

Espèces mentionnées dans le périmètre de la réserve
(listes non exhaustives)

 
 

Sources des données : Observatoire des Réserves naturelles / INPN

Menu mentions